Tragiques nouvelles du front

Publié le par Karolvs

Le 6 juin 1944, les Alliés débarquent en Normandie.
Le 25 août, Paris est libéré.
Le 1er septembre, la 3ème Armée de Patton arrive devant Metz, qui est libérée le 22 novembre.
Le 7 décembre, c'est au tour de Sarreguemines, 80 kilomètres à l'Est de Metz.

Le 8 décembre, les premiers obus américains tombent sur Erching, un petit village à une vingtaine de kilomètres à l'Est de Sarreguemines, devant la frontière allemande de 1939.
Le 14 décembre, les troupes américaines entrent dans le village. Anne, 17 ans, note sur un cahier d'écolier, l'heure de la libération : il est 14h20.

 Un village lorrain en avril 1945 (Rimling)


Deux jours plus tard, Hitler déclenche l'opération "Wacht am Rhein" plus connue sous le nom de Bataille des Ardennes. Devant l'urgence de la situation, l'Armée Patton stoppe ses opérations en Lorraine et vole au secours des unités US engagées dans les Ardennes, tandis que la 7e Armée du Général Patch la relève en Lorraine.
Les troupes américaines abandonnent Erching et s'installent en position défensive sur la crête qui surplombe le village. Celui-ci, ainsi que son annexe Guiderkirch, est immédiatement réinvesti par les Allemands.
A partir du 17 décembre, Erching et Guiderkirch sont constamment bombardés par l'artillerie, et sont souvent le théâtre de combats entre patrouilles d'infanterie allemandes et US. Les habitants se terrent dans les caves, nuit et jour.
A partir de Noël, ce sont des déluges d'obus qui s'abattent quotidiennement sur Erching, Le village pleure ses premières victimes parmi les civils. C'est alors que la famille d'Anne décide de fuir le village dès la première accalmie, pour rejoindre les lignes américaines et l'arrière du front.
Le 27 décembre, les fugitifs parviennent à gagner sains et sauf les premières lignes américaines, d'où on les emmène à Rimling, et de là, à Montbronn, un village de l'arrière.

C'est là qu'ils restent réfugiés jusqu'à ce jour de mars 1945, où leur parvient une lettre qui leur apprend une terrible nouvelle…

 

       



 

?. ?. ?
   ?                                          Achen 17 III 45

            Mein l. Jean !

Heute brachten mir die Gendarmen deinen Brief. Bin froh, etwas von dir zu hören. Du hast Recht gehabt , dich rechtzeitig aus dem Staub zu machen denn uns, die wir zurückblieben, ist est nicht gut gegangen. Seit dem 9/XII. 1944 fast immer im Keller. Gegen Ende war es fast gar nicht mehr zum Aushalten. Man konnte kaum mehr aus dem Keller. Die Leute hatten manchmal nicht den Mut, ihr Vieh zu füttern, soweit es nicht durch Bomben oder Diebstahl geraubt war. Das meiste Vieh ist kaput oder gestohlen durch

?. ?. ?
   ? 1                                 Achen le 17 mars 1945

            Mon cher Jean !

Aujourd'hui les gendarmes m'ont apporté ta lettre. Je suis heureux d'avoir de tes nouvelles. Tu as eu raison2 de t'éclipser en temps utile, car pour nous qui sommes restés, ça ne s'est pas bien passé. Nous sommes restés dans la cave presque sans interruption depuis le 9 décembre 1944. Vers la fin c'était presque insupportable. C'était à peine si on pouvait sortir de la cave. Parfois, les gens n'avaient pas le courage de nourrir leurs bêtes, lorsqu'elles n'étaient pas  tuées par les bombes ou volées. La plupart des bêtes ont été tuées ou volées par


die famosen S.S. Soldaten. Fast alle Haüser sind beschädigt, manche ganz kaput. Krebse, Haase, Huver Paul, Jolly, Huver Nic., Wagner Alfons, Burgun's Haüser ganz kaput, zum teil abgebrannt, zum Schluss auch das schöne Pfarrhaus (27/II). Wie es in Erchingen steht, weis ich nicht genau. Kurz vor meiner Flucht hat mir Behr Valentin geschrieben, dass sein haus total kaput ist. Deines ist auch oben kaput. Gross Alex abgebrennt, ebenso Gross Nic. u.  Schönhenz. Und nun kam der Fliegerangriff auf Erchingen am 23/II, der furchtbar wirkte. Alt Mames Haus, Kremer Theod., Bibels Haus, dein Haus Voltreffer – Die Leute sassen, wie wir in den Kellern u. beteten. Am 24/II mussten wir die schreckliche Nachricht hören, dass 44 Erchinger unter den Trümmer liegen.  Im

 


les fameux soldats SS. Presque toutes les maisons sont endommagées, certaines sont entièrement détruites. Les maisons des Krebs, Haase, Huver Paul, Jolly, Huver Nicolas, Wagner Alfons, Burgun sont totalement détruites, en partie brûlées, et finalement aussi le beau presbytère (le 27 février). Je ne sais pas exactement quelle est la situation à Erching.  Peu avant que je me sois enfui, Behr Valentin m'a écrit que sa maison est totalement détruite. La partie supérieure de la tienne est aussi détruite. Celle de Gross Alex a brûlé, ainsi que celles de Gross Nicolas et de Schönhenz. Puis il y a eu attaque aérienne sur Erching le 23 février, qui eut un effet terrible. Les maisons de Alt Mame, Kremer Théodor, Bibel, la tienne : impacts directs. Les gens étaient assis dans les caves, comme nous, et ils priaient. Le 24 février nous avons appris l'affreuse nouvelle que 44 habitants d'Erching étaient ensevelis sous les ruines. Dans la


Keller "Bibel" kamen um, Bibel Nic., Maria u. Antonia, Bertrand u. Ernest (Neffen), Brihl Jac. u. Frau (Polizei3), Schneider Etienne Gross Juliette. Neben dir bei Val. Behr ist Yvonne totgeschlagen. In "Alt-Mames" kamen um, Barthel Stanislaus u. alle 5 Kinder (Frau hat man am 24/II lebend ausgegraben). - Weber Victor mit 4 Kindern (Frau u. 3 Kinder lebend ausgegraben). Die 3 Kinder vom Klingler Jos. u. ihre Tanten Pauline u. Anna Klingler Jos. u. Frau wurden auch ausgegraben, lebend. –Bei Kremer Theod. kamen um Wack Moritz (Vater), seine Söhne Moritz u. Paul mit Frauen u. Kindern, Grossmutter Hular mit Denyse (Frau u. Ferd. u. René sind schon früher umgekommen), ferner Frau Wagner Pierre (Pauline) mit allen Kindern ; Kremer Nic. mit allen 4 Mädchen. Auf einem Bericht stand noch Klingler Ignaz II. Wie du siehst hat deine Tante Nachfolger bekommen. Es ist ein schreckliches Unglück


cave des Bibel ont été tués Bibel Nic., Marie et Antoinette, Bertrand et Ernest (le neveu), Brihl Jac. et son épouse (le policier3), Schneider Etienne, Gross Juliette. Chez ton voisin Val. Behr, Yvonne a été tuée. Dans la cave de "alt Mames" sont morts Barthel Stanislaus et tous les 5 enfants (la mère a été retirée de des décombres le 24 février, en vie). -Weber Victor avec 4 enfants (sa femme et 3 enfants ont été retirés en vie des décombres). Les 3 enfants de Klingler Jos. et leurs tantes Pauline et Anna. Klingler Jos. et sa femme ont aussi pu être sauvés des décombres. –Chez Kremer Théod. Ont été tués Wack Moritz (le père), ses fils Moritz et Paul avec leurs femmes et leurs enfants, la grand-mère Hullar avec Denyse (l'épouse et Fernand et René aveint été tués auparavant), plus loin Madame Wagner Pierre (Pauline) avec tous les enfants ;  Kremer Nic. avec ses 4 filles. On m'a aussi aussi rapporté la mort de Klinger Ignaz II. Comme tu peux le voir, d'autres morts ont suivi ta  tante. C'est un terrible malheur !


Bei uns in Güderkirch sind umgekommen durch Granat-Einschlag : Alex Schneider (bei Aloys Kremer) (26/I) Dorkel Michael (5/II) Wagner Leonie (9 Jahre alt) bei mir im Pfarrhaus am 20/II. u. –armer Paul- am 21/II Wilpert Elis, die Frau von Brihl Paul. Am 27/II kam um bei unserer Flucht aus dem brennenden Pfarhaus die Frau Burgun (hinter mir erschossen.) Ihr Mann u. Anna Beck die in meinem Keller waren, wurden angeschossen u. sind irgend wo im Lazareth. Bei mir hier sind Hinschberger, meine Köchin, Anna Behr, Luise u. Mutter Barthel (Leonard), Marie-Therese (bei burgun). – Wagner Alfons mit seinen Kindern, die Frau von Hinschberger u. Maria Beck, die mit uns unter schrecklichem Feuer der Artillerie u. Gewehrfeuer aus dem brennenden Pfarrhaus flüchteten, haben wir in der Aufregung aus der Augen verloren. –Dem Paul seine Clara ist


Chez nous à Guiderkirch ont été tués par des obus : Alex Schneider (chez Aloys Kremer) (le 26 janvier), Dorkel Michael (5 février), Wagner Leonie (âgée de 9 ans) chez moi au presbytère le 20 février et –pauvre Paul– le 21 février Wilpert Elise, l'épouse de Brihl Paul. Le 27 février a été tuée pendant notre fuite du presbytère en flammes, Madame Burgun (abattue par une balle derrière moi). Son mari et Anne Beck qui étaient dans ma cave, ont été blessés et se trouvent quelque part dans un hôpital militaire. Chez moi, ici, se trouvent Hinschberger, ma cuisinière, Anna Behr, Louise et la mère Barthel (Leonard), Marie-Thérèse (chez Burgun). –Dans la panique de notre fuite du presbytère en flammes, sous les tirs terrifiants des obus et de la fusillade, nous avons perdus de vue Wagner Alfons et ses enfants, l'épouse de Hinschberger et Maria Beck, qui s'étaient enfuis avec nous.  -La Clara de Paul

 

mit der Frau von Frischmann Jos. am 21/II bei einem Einschlag in den Keller, wo Elise getötet wurde, verwundet u. ins spital ins Reich gebracht. Dort ist auch Huver Jos. (Meyer) –Splitter in seite, Bein, Barbare Lutz (Mutter Weber), Frau Wack Moritz (Vater) Gross Aloys, Lutz Athanasius, die verwundet wurden bei den Aufraümungsarbeiten am 24/II in Erchingen. Die Notwohnung4  von Behr Aug. ist vollständig zerstört. Er war im Keller von Schneider Andreas. Wack Moritz, dessen Haus u. Stallungen auch arg mitgenommen waren, waren erst vor einigen Tagen zu Kremer gezogen. Am 21/I ist auch Klingler Ignaz gestrorben, der alte Meyer, im Keller von Andreas Schneider. Am nämlichen Morgen hatte ich ihm die Sterbesakramente gestpendet u. seit damals war ich nicht mehr in Erchingen. Es war zu gefährlich. Am Stephan Tag5  lies ich zum letzten mal die Hl. Messe in der Kirche,

 


et la femme de Frischmann Jos. ont été blessées le 21 février par un impact d'obus dans la cave où Elise a été tuée, et transportées à l'hôpital dans le Reich. Là se trouvent aussi Huver Jos. (le maire)  -des éclats dans les côtes et dans la jambe, Barbara Lutz (la mère Weber), Madame Wack Moritz (le père), Gross Aloys, Lutz Athanasius, qui ont été blessés lors de travaux de déblaiement le 24 février à Erching. La baraque
4 de Behr Aug. est entièrement détruite. Il se trouvait dans la cave de Schneider Andreas. Wack Moritz, dont la maison et les étables étaient sévèrement endommagées,  s'étaient établis depuis quelques jours seulement chez les Kremer. Le 21 janvier Klingler Ignaz, le vieux maire, est décédé dans la cave d'Andreas Schneider. Le matin même je lui avais dispensé le sacrement des mourants ; depuis ce jour je ne suis pas retourné à Erching. C'était trop dangereux. J'ai lu la Sainte Messe pour la dernière fois à l'église le jour de la saint Etienne5

 

dann, wenn es ging, wenn nicht aller Raum von Soldaten besitzt war, im Keller des Pfarrhauses. Gegen Ende kam niemand mehr aus dem Dorf, es war zu gefährlich, nur die 25, die im Pfarrhaus Keller waren, wohnten bei Hänsels u. Dumser's wurden durch Granateinschlag in ihrem Keller verschüttet u. kamen dann auch zu mir, bis auch wir am 20/II einen Volltreffer bekamen, der in den Keller einschlug u. die kleine Leonie tötete. Uber uns, in der Küche wurden 4 Funker zerrissen. Darauf hin zogen Dumser's u. Hänsels wieder aus u. gingen zum Organisten. Dort sind auch Krebse (Edmund, Firmin sind an 21/XII zurück mit den Amerikaner) Jolly, Maurer, Jacob, Huths, Anna Lutz mit kind. –Die Kirche ist arg mitgebommen. Fachstube fast ganz
 

 


puis, quand c'était possible, quand toutes les pièces n'étaient pas occupées par des soldats, dans la cave du presbytère. A la fin, plus personne ne pouvait sortir du village, c'était trop dangereux, seulement les 25 de la cave du presbytère, qui logeaient d'abord chez Hänsels et Dumser's, ont été ensevelis dans la cave par des impacts d'obus et sont aussi venus loger chez moi, jusqu'à ce que nous recevions aussi, le 20 février, un impact direct dans la cave, qui tua la petite Léonie. Au-dessus de nous, dans la cuisine, 4 transmetteurs ont été déchiquetés. Sur ce, Dumser's et Hänsels ont de nouveau déménagé et se sont rendus chez l'organiste. Là se trouvent aussi les Krebs (Edmont, Firmin avaient gagné l'arrière avec les Américains le 21 décembre), Jolly, maurer, Jacob, Huths, Anna Lutz et sion enfant. L'église est sévèrement endommagée. La sacristie est presque entièrement 


zerstört, auf der Frauenseite ein grosser Trichter, Bänke, Beichtstuhl, Kanzel zertrümmert. – Diese Woche habe ich erfahren, dass Lutz Josef (Mann von Felici) Martin Barthel, Peter Schneider in Höllingen sind. Jos. Huver (von Nic.) ist in Rahlingen. Wo die anderen bleiben weiss ich nicht. Einige Tage, bevor das Unglück in Erchingen passierte, wurde das Muttergottesbild auf dem Kohlenberg zusammengeschossen. Unsere l. Pfarrei ist furchtbar heimgesucht. Hoffentlich hat's in den 14 Tagen, seit denen ich fort bin, nicht noch mehr Opfer gekostet. Wir haben natürlich hier aufgeklärt. Man hat bei den Amerikanern gemeint es waren keine Civilisten mehr dort ! Gefangenen hätten berichtet, die deutschen hätten sie evakuiert. Deshalb kam auch der Fliegerangriff auf Erchingen am 23/II, wo der Bataillons-Gefechtstand war, des-

 

détruite, sur le côté des femmes un grand entoinnoir, les bancs, le confessionnal, la chaire sont en ruines. –Cette semaine j'ai appris que Lutz Josef (le mari de Félicie), Martin Barthel et Peter Schneider sont à Höllingen. Jos. Huver (le fils de Nic.) est à Rahling. Je ne sais pas où sont les autres.  Quelques jours avant le malheur survenu à Erching, a été détruite la statue de la Sainte Vierge sur le Kohlenberg. Notre chère paroisse a été terriblement frappée. Pourvu qu'il n'y ait pas eu d'autres victimes depuis les 14 jours où je suis parti. Bien-sûr, ici nous avons informé qui il se doit. Chez les Américains on croyait qu'il n'y avait plus de civils là-bas ! ici. Des prisonniers auraient rapporté que les allemands les avaient évacués. C'est la raison pour laquelle arriva aussi l'attaque aérienne du 23 février sur Erching, où il y avait le poste de commandement du bataillon,

 
-halb das beständige Bombardement. Du wirst es verstehen, wie furchtbar mich die sache mitgenommen hat. 3 Monate im Keller, ohne aus den kleidern zu kommen, auf dem Stuhl, bei schlechtem Licht u. 16 Leute dabei ; gegen Ende war jeder Verkehr mit der Pfarrei unmöglich. Wir konnten kaum vor die Türe. Fast jeden Tag Einschläger aufs Haus, wo wir zitterten u. beteten. Wie tun mit die armen Leute leid, dass sie jetz so allein sind. Lese jeden Tag die H. Messe für sie, was ich dort nicht mehr tun könnte, da Kirche Pfarrhaus kaput sind u. in keinem Keller Möglichkeit ist, es dort zu tun. Bei Fischer sind im keller Wack Josef, Huver Paul –ganz Voll !- Spreche dem Paul mein herzl. Beileid aus.  War noch einige Tage vorher bei seiner Frau im Keller, um ihr einen Brief von Obergailbach zu bringen. Dort war noch alles gut. Gott gebe allen Toten die Ewige Ruhe u. tröste die Uberlebenden ! Geht Oskar in den Unterricht6 ?



Dans la marge gauche :
Ich segne Euch ! Euer Pastor. Gruss an den Pastor7  von P. Benno.


d'où le bombardement continuel. Tu comprendras combien cette affaire m'a éprouvé. 3 mois dans la cave sans pouvoir quitter mes vêtements, assis sur la chaise, dans un mauvais éclairage, au milieu de 16 personnes ; à la fin, tout contact avec la paroisse était impossible. C'était à peine si nous pouvions sortir devant la porte., presque chaque jour des obus tombaient sur la maison, où nous tremblions et priions. Que ces pauvres gens me font de la peine, d'être si seuls maintenant. Je lis chaque jour la Sainte Messe pour eux, ce que je ne pouvais plus faire là-bas, puisque l'église et le presbytère sont détruits et qu'il n'est possible de le faire dans aucune cave là-bas. Chez Fischer, dans la cave –pleine de monde ! se trouvent Wack Josef, Huver Paul. Exprime mes sincères condoléances au Paul. Je m'étais rendu chez sa femme dans la cave encore quelques jours plus tôt, pour lui porter une lettre d'Obergailbach. Là tout allait bien, encore. Dieu donne la paix éternelle à tous ceux qui sont morts et console les survivants! Oskar va-t-il au catéchisme
6?


Dans la marge gauche : Je vous bénis ! Votre Pasteur. Salutations au Pasteur7 de la part du P. Benno.

1 - quatre lettres dont le sens est à préciser ; de toute évidence un monogramme à sens religieux
2 - les passages soulignés l'ont été par l'auteur de la lettre
3 - Polizei = garde-champêtre
4 - Notwohnung = baraque pour l'hébergement de sinistrés ?
5 - Stephanus Tag : jour de Saint Etienne ; le 26 décembre
 
6 - Unterricht = leçon, cours d'instruction, que nous traduisons par "Catéchisme"
7 - au curé de Montbronn


L'auteur de la lettre

 

Publié dans Le XXème siècle

Commenter cet article

Max'Dany 18/12/2010 11:22



Magnique, magnifique !... Je viens de découvrir votre beau site, très très intéressant !... je me suis permis de le mettre en lien sur mon blog, qui, entre autres sujets, s'intéresse à tout ce
qui se passe en Lorraine, et notamment chez nous, à Maxéville, près de Nancy... Bonne continuation et joyeuses fêtes de fin d'année à vous et à tous vos lecteurs !   Max'Dany: www.maxeville.voxdany.com.over-blog.com



Karolvs 27/03/2011 11:08



Merci pour le compliment ! N'oubliez pas de venir nous visiter aussi au Couarail, qui est le forum associé à ce blog. Nos félicitations pour vos activités sur le blog de Max'Dany.